Mercredi 22 mai 2019

Mon Compte


Mot de passe oublié ?

S'inscrire (gratuit)
 
 
 

 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème

VOILE | article publié le, 17/10/18 0 réaction 


Route du Rhum : Damien Seguin 1er skipper handisport au départ de la course

 
 

C’est  un  super  plateau.  Il  faudrait  regarder  dans  les  archives  mais  je  crois  que  c’est  la  première  fois  qu’il  y  a  autant  d’IMOCA  sur  une  Route  du  Rhum.  C’est  génial  car  j’ai  vraiment  l’impression  d’avoir  mis  le  pied  d

C’est un super plateau. Il faudrait regarder dans les archives mais je crois que c’est la première fois qu’il y a autant d’IMOCA sur une Route du Rhum. C’est génial car j’ai vraiment l’impression d’avoir mis le pied dans une classe dynamique.

Le 4 novembre prochain, Damien Seguin skipper du 60’ Groupe APICIL prendra le départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. C’est la première fois qu’un skipper handisport (il est né sans main gauche) participera à la course en catégorie IMOCA. Cette compétition constitue donc un nouveau défi pour ce triple médaillé paralympique qui a déjà participé à l’épreuve à deux reprises en 2014 et 2010 en 40 pieds.

Damien Seguin, homme de défis

Né sans main gauche, Damien Seguin mène de front deux carrières  : l’une en voile paralympique, l’autre en course au large. Triple médaillé paralympique en 2.4 mR (médaillé d’Or à Athènes et à Rio et une médaille d’argent à Pékin) et quadruple champion du monde dans cette discipline, Damien a fait ses débuts dans la course au large en 2005 en Figaro (voilier monotype long de 10,20 mètres et support du championnat de France Elite de course au large). Le skipper est ensuite passé en Class 40 (monocoque long de 12 mètres) en courant de nombreuses courses  : des transatlantiques mais aussi deux Route du Rhum en 2010 et 2014... Déterminé et en recherche constante de progression, celui qui a su depuis des années convaincre que son handicap n’était pas un frein à son immersion dans le milieu sportif des valides, s’attaque désormais à un défi de taille  : une course en solitaire à bord d’un IMOCA, « la catégorie reine» de la course au large, comme il aime le souligner. C’est la première fois qu’un skipper handivoile prendra le départ d’une course en solitaire à bord d’un IMOCA.

Le parcours : 3 510 milles de St-malo à pointe-à-pitre (Guadeloupe)

La Route du Rhum-Destination Guadeloupe est une véritable institution. Et cette année, c’est une édition exceptionnelle qui va réunir plusieurs millions de personnes à Saint-Malo dès l’ouverture du village le 24 octobre. Pour son quarantième anniversaire, la course va rassembler 124 bateaux  ! Un record de participation  ! Extrêmement populaire, la transatlantique en solitaire entre la Bretagne et la Guadeloupe livre tous les quatre ans des récits exceptionnels de marins professionnels ou amateurs, tous passionnés et extrêmement fiers de pouvoir s’aligner au départ de cette course de légende.

Un bateau chargé d'histoire

Mis à l’eau pour la première fois en 2018, le 60’ aux couleurs du Groupe APICIL a déjà porté deux noms: DCNS de 2008 à 2012 skippé par Marc Thiercelin et Comme un seul homme à partir de 2014 skippé par Éric Bellion jusqu’au Vendée Globe. Le bateau a aussi été l’acteur principal du film “ En Solitaire ” avec François Cluzet en 2012  !

Caractéristiques  : architecte : finot – conq Chantier  : multiplast (Vannes) Date de lancement  : 31 mai 2008 Longueur  : 18,28 mètres Largeur  : 5,85 mètres Tirant d’eau  : 4,50 mètres Déplacement (poids)  : 8,5 tonnes Hauteur de mât  : 7,5 mètresSurface de voilure  : 350 m² au près, 610 m² au portant.

Le plateau : 124 bateaux sur la ligne de départ, l'oeil de Damien

" C’est un super plateau. Il faudrait regarder dans les archives mais je crois que c’est la première fois qu’il y a autant d’IMOCA sur une Route du Rhum. C’est génial car j’ai vraiment l’impression d’avoir mis le pied dans une classe dynamique. Il y a de tout: des nouveaux bateaux qui sont de véritables armes de guerre avec des foils mais aussi des bateaux (8–10) qui ressemblent beaucoup au mien. C’est bien car j’aurais de la concurrence à un juste niveau. Je pourrais ainsi me jauger par rapport à ces bateaux-là. Nous sommes assez proches en termes de performance et cela laisse présager une belle bagarre. "

© Handicap Infos - source : communiqué de presse


 Haut de page



 
 


 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème