COMMUNAUTÉ

  • Accueil >
  • Pathologies >
  • L’ergothérapie : un métier de rééducation tourné vers l’activité

DOSSIER SEP | article publié le, 10/07/07

0 réaction

trait

L’ergothérapie : un métier de rééducation tourné vers l’activité

L’ergothérapeute intervient auprès des personnes atteintes de SEP pour du conseil, de la rééducation ou de la réadaptation en relation avec leurs activités quotidiennes (tâches ménagères, profession, loisirs…). Il s’agit d’un soin propre à chacun, selon s

L’ergothérapeute intervient auprès des personnes atteintes de SEP pour du conseil, de la rééducation ou de la réadaptation en relation avec leurs activités quotidiennes (tâches ménagères, profession, loisirs…). Il s’agit d’un soin propre à chacun, selon ses besoins et ses demandes. Un grand principe sera abordé pourtant quasi systématiquement avec les patients : la gestion de la fatigue au quotidien.





Outre le fait de retrouver un geste plus harmonieux et d’en acquérir une fonctionnalité meilleure, il importe que celui-ci permette à la personne de recouvrer un peu d’indépendance. Souvent, ces efforts ce font au détriment d’une grande fatigue qui se fait ressentir trop tard pour pouvoir la maîtriser.

Ainsi en séances, l’ergothérapeute rediscute des principes de gestion de la fatigue vus en kinésithérapie et les mets en application par des exercices de difficultés croissantes jusqu’à des situations réelles de vie quotidienne. La personne apprend au fil des jours à reconnaître les signes physiques précurseurs de la fatigue et à séquencer l’activité en cours par des pauses. Ce principe tend à rendre l’action de meilleure qualité. Aussi, de retour à domicile la personne est vite confrontée à la multitude de tâches qu’elle doit effectuer : se laver, s’habiller, faire à manger…

Par conséquent, on retrouve souvent un abandon des loisirs ou de toute vie sociale avec une baisse du moral presque inéluctable.
Au cours du séjour, l’ergothérapeute apprend à la personne à optimiser son énergie en privilégiant certaines tâches plutôt que d’autres selon le programme de la journée. Par exemple, ne pas faire à manger le jour où il est prévu de visiter un musée. S’économiser devient vite indispensable pour un meilleur confort de vie.

L’ergothérapeute accompagne alors parfois vers le choix et l’essai d’aides techniques (pinces à long manches, fauteuil roulant…) ou d’aides humaines pour faciliter les gestes difficiles du quotidien qui puisent rapidement dans les réserves d’énergie. Finalement savoir se mettre des priorités et organiser son environnement est une vraie preuve d’autonomie vers laquelle l’ergothérapeute et l’équipe va accompagner la personne. La gestion de la fatigue est, comme décrit précédemment, un point clé du suivi aussi bien en kinésithérapie qu’en ergothérapie, qui va être le guide de chacune des séances.

C’est en agissant avec, en anticipant, en faisant des pauses et non plus en luttant contre la fatigue qu’il est possible de retrouver alors un peu plus de confort au quotidien.

EN SAVOIR + :


© Mélanie Tultmets, Ergothérapeute pour Handicap Infos

Haut de page
SÉLECTION D'ARTICLES
Haut de page

Se désabonner 

pratique