Dimanche 19 janvier 2020

Mon Compte


Mot de passe oublié ?

S'inscrire (gratuit)
 
 

 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème

SCIENCE | article publié le, 27/08/08 0 réaction 


Une étude remet en cause une des règles d'or de pharmacologie

 
 

L´un des plus vieux principes pharmacologiques vient d´être réfuté.

L'un des plus vieux principes pharmacologiques vient d'être réfuté.

L'un des plus vieux principes pharmacologiques vient d'être réfuté. De nouveaux résultats obtenus par des chimistes de l'université de Warvick (Royaume-Uni) semblent remettre en question la règle dite «d'Overton», qui définit le rythme d'absorption des substances chimiques telles que les médicaments par les parois cellulaires. Leurs observations pourraient avoir un impact majeur sur le développement de futurs médicaments.

De nombreux médicaments doivent pénétrer nos cellules pour être efficaces. Certaines molécules pénètrent activement les cellules, au moyen de structures enchâssées dans la membrane cellulaire. D'autres, par contre, s'introduisent passivement en se dissolvant dans la membrane lipidique de la cellule. La règle dite «d'Overton» concerne les molécules qui pénètrent dans une cellule au moyen de la dissolution lipidique passive.

Dans les années 1890, le scientifique suisse Ernst Overton a développé une équation établissant le rythme d'absorption d'une molécule dans une cellule. Selon l'équation avancée par Overton, plus une substance chimique se dissout aisément dans un lipide (une matière grasse), plus elle pénètre facilement et rapidement une cellule. L'un des paramètres clés de l'équation est le facteur K, qui définit la viscosité (ou «lipophilie») de la substance en question. Plus K est grand, plus le taux de pénétration cellulaire de la substance chimique est rapide.

En d'autres termes, plus une substance chimique est lipophile, plus elle pénètrera la cellule rapidement. Pendant plus d'un siècle depuis la formulation de cette équation, les chimistes des laboratoires pharmaceutiques se sont fondés sur cette équation pour cadrer leurs recherches et mener les essais cliniques.

Dans leurs travaux, les chimistes se sont appuyés sur une technique des plus avancées pour étudier en détail ce qui se passe lorsqu'une molécule pénètre une cellule. La technique consiste en l'utilisation d'acides faibles; selon la règle d'Overton, ces molécules lipophiles devraient traverser la paroi cellulaire assez rapidement. Les résultats sont publiés en ligne par la revue The Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Ces résultats ont bouleversé les scientifiques. Leurs observations ont défié les connaissances jusqu'alors acceptées et ont directement remis en question la règle d'Overton. En résumé, les molécules lipophiles ont pris plus de temps à traverser la paroi, alors que les acides les moins lipophiles étaient les plus rapides. Cette nouvelle règle laisse penser que la règle d'Overton doit être entièrement reformulée; en effet, selon ces nouveaux résultats, plus une substance chimique se dissout aisément dans un lipide, plus il lui sera difficile de pénétrer rapidement une cellule.

«Cette découverte a été une surprise totale. En effet, ces observations directes paraissent totalement remettre en question une règle fondamentale sur laquelle les scientifiques se sont basés pour tester des médicaments pendant plus d'un siècle», déclare le professeur Patrick Unwin, principal auteur de cette étude.

«Nous allons maintenant observer la diffusion dans les cellules d'un éventail d'autres substances chimiques et utiliser d'autres techniques pour élucider la base moléculaire de ces observations. Les manuels scolaires devront être réécrits pour modifier cette règle sur laquelle les scientifiques s'appuient depuis plus d'un siècle. Les techniques actuelles devraient permettre de mieux observer les interactions cellulaires d'un ensemble de molécules, ce qui est du plus grand intérêt pour les laboratoires pharmaceutiques pour le développement de nouveaux médicaments», continue-t-il.

EN SAVOIR + :
Université de Warwick :
www.warwick.ac.uk


© Handicap Infos - source : cordis


 Haut de page



 
 


 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème