Samedi 15 décembre 2018

Mon Compte


Mot de passe oublié ?

S'inscrire (gratuit)
 
 
 
 

 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème

FORMATION | article publié le, 16/12/17 1 réaction 


La formation : un outil majeur pour les personnes handicapées

 
 

La formation : un passeport pour l’intégration.

La formation : un passeport pour l’intégration.

Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, souhaite que les personnes handicapées soient rapidement aidées dans l’acquisition de meilleures qualifications. Cette aide leur permettra de mieux utiliser des capacités encore trop souvent inexploitées, et de révéler des talents réels mais inemployés.

La secrétaire d’État s’est exprimée à ce sujet lors d’une récente visite qu’elle faisait dans une usine Airbus située à Toulouse. Aujourd’hui, le niveau de chômage subi par les personnes handicapées est deux fois plus important que celui observé au sein de la moyenne nationale.

Ainsi, dans les entreprises privées, le pourcentage des emplois directs accordés aux travailleurs handicapés est inférieur à 3,5 %, alors que légalement, depuis 30 ans, ces entreprises devraient embaucher 6 % de travailleurs handicapés, sous peine de sanctions financières.

Il est donc urgent d’ouvrir plus de formations professionnelles à l’attention des personnes en situation de handicap, dont la proportion de travailleurs qualifiés est nettement insuffisante. Elle n’atteint que le très faible pourcentage de 1 %, alors qu’on sait que près des trois-quarts des contrats d’apprentissages entraînent un emploi stable.

Sophie Cluzel a déclaré que le passage de l’école à l’emploi était une étape essentielle, et qu’il était urgent « […] de s’attaquer à la formation professionnelle des personnes handicapées ».

Elle a toutefois admis que le dispositif français actuel d’accès à l’emploi était complexe, et que les intermédiaires spécialisés étaient trop nombreux (Pole Emploi, Cap Emploi, le SAMETH).

NB : une simplification va d’ailleurs être prochainement mise en place, notamment grâce à une fusion entre l’organisme de placement Cap Emploi et le Service d’Appui au Maintien dans l’Emploi des Travailleurs Handicapés (SAMETH).

© Handicap Infos - source : communiqué de presse


 Haut de page



 
 


 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème

Les réactions des abonnés  :

cocoker
02/01/2018 18:37:39
Le papier ne refuse pas l'encre comme toujours. Ma fille s'est retrouvée déclarée handicapée pour dyslexie sévère à 20ans. Elle a réussi un BEP Sanitaire et social. En suite elle a eu des poussées de douleurs intenable . Elle a été reconnue handicapée à 80% et a touché l'AAH pendant 6 ans. Suivie par l'AGAPHIP. .et ne pouvant faire que un tw assis elle a pu avoir une formation pour un Cap de COUTURE!!!! .( que l'on me dise ou on trouve du travail en couture en France) Mais bref. Au bout des 6 ans on lui avait diagnostiqué une fibromyalgie. Et elle s'est retrouvée handicapée à 75%. N'a pas voulu faire appel car ne voulait pas être reconnue handicapée. Aujourd'hui elle a 36 ans et galère toujours. Elle a pu travailler 8 mois pour garder des enfants à temps partiel dans un famille qui acceptait quelle ne face pas du ménage en même temps Sa a été très dur.Elle est au chômage pour 6 mois avec 500e par mois Cela fait déjà 4 mois et je m'inquiète car elle n'a toujours pas été convoquée par l'ANPE pour le 1er entretien. Moi j'ai 77ans et je m'inquiète beaucoup de ce qu'elle deviendra quand je n'y serai plus pour aider mentalement et financièrement. NI ELLE NI MOI NE CROYONS PLUS A TOUS LEUR BLABLA.