Mercredi 08 juillet 2020

Mon Compte


Mot de passe oublié ?

S'inscrire (gratuit)
 
 

 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème

PRÉVENTION | article publié le, 05/12/19 0 réaction 


23e édition de la Journée Nationale de l’Audition : une vaste campagne nationale de dépistages de l’audition

 
 

L’audition est au cœur des équilibres de santé et de vie sociale.

L’audition est au cœur des équilibres de santé et de vie sociale.

Dans le cadre de la 23° édition de la Journée Nationale de l'Audition, les experts de l’association mobilisent les professionnels de santé et de la prévention pour réaliser une vaste campagne de dépistages de l’audition auprès de la population.

L’objectif est de réaliser un état des lieux en l’absence d’une veille sanitaire mise en place par les pouvoirs publics. L’audition représente pourtant un « déterminant santé » indispensable dans le suivi santé de la population. Plus simplement, l’audition est au cœur des équilibres de santé et de vie sociale. Médicalement, l’intégrer permettrait de mieux cerner les tableaux pathologiques et les impacts connexes. Plus de 2 000 acteurs locaux de la prévention et de la santé seront à pied d’œuvre pour accueillir les publics.

« La prévalence réelle des gênes et troubles de l’audition est méconnue »

En l’absence de veille sanitaire dans le domaine de l’audition, le nombre de personnes réellement affectées par des gênes auditives ou troubles de l’audition demeure une inconnue. L’indicateur de sinistralité comptabilise en effet les troubles de l’audition significatifs et a été déterminé dans le cadre d’une approche curative de l’audition. De même, les symptômes ORL comme les acouphènes ne sont toujours pas considérés par la loi de santé comme faisant partie des handicaps invalidants.

Les données issues des différentes enquêtes réalisées par l’association JNA indiquent que 30% des personnes interrogées souffrent de sifflements passagers ou permanents. 1 Français sur 5 déclare de mauvaises capacités de compréhension de la parole et 51% auraient des difficultés à suivre des conversations dans les différentes situations de la vie courante.

Ces données sont confortées par celles issues « du terrain », recueillies lors de journées de dépistages réalisées chaque semaine par l’association. Sur chacune d’elles, 1 personne sur 4 est invitée à réaliser un bilan médical chez le médecin ORL et 30% des individus souffrent d’acouphènes. [L’association JNA organise 2 à 3 journées de dépistages par semaine en synergie avec les acteurs de la santé et de la prévention dans toute la France].

« L’oreille demeure un « impensé » de l’hygiène de vie et de santé des Français »

Les connaissances des fonctions clé de l’audition sont récentes. Les études de référence entre audition et vieillissement du cerveau datent de ces 5 dernières années. Les apports des neurosciences permettent aujourd’hui d’affirmer les enjeux fondamentaux du bon fonctionnement du système auditif sur la santé du cerveau à tous les âges de la vie et d’en montrer les implications connexes en matière d’équilibre de vie. La prise en compte des mécanismes neurosensoriels liés à l’audition pourrait être source de gains forme et vitalité au sein de l’ensemble de la population et ce, notamment chez les jeunes. En effet ces derniers déclarent se sentir régulièrement fatigués, nerveux et confrontés à des difficultés de concentration en raison….du bruit et des expositions sonores (sources Enquêtes Ifop-JNA). Une simple règle écologique permettrait de modifier la donne : gérer quotidiennement le stress acoustique exercé sur les mécanismes de l’oreille.

« L’omniprésence du stress acoustique dans la vie quotidienne des français représente un véritable danger sanitaire »

Combien de Français sont en mesure d’établir des liens de causalité entre les expositions sonores au quotidien et leurs symptômes auditifs et extra-auditifs aujourd’hui ? Pourtant, l’écologie de l’oreille repose sur le respect d’une loi naturelle : offrir un temps de récupération au moins équivalent aux temps d’exposition sonore pour permettre aux mécanismes de l’oreille de se réguler. La sursollicitation des cellules sensorielles de l’oreille, générée entre-autre par l’écoute nomade de musiques amplifiées, laisse à craindre l’apparition précoce de troubles de l’audition. Outre les risques de traumatismes sonores aigus ou chroniques ainsi induits, c’est aussi le déclenchement prématuré des prédispositions génétiques qui est à craindre.

Les besoins physiologiques naturels de l’oreille ne sont pas respectés aujourd’hui. La bonne hygiène repose uniquement sur le bon sens des individus eux-mêmes, les plus avertis. Combien d’années faudra-t-il encore pour que la population devienne une population avertie ? Afin d’agir rapidement, les experts scientifiques et médicaux de l’association JNA invitent les pouvoirs publics à installer une veille sanitaire. Cela permettrait en effet d’accélérer le repérage et l’accompagnement systématisé en matière de prévention. Cette nouvelle impulsion s’accompagnerait de la mise en place de campagnes médias visant à développer l’éducation à la santé de la population dans son ensemble. Une politique de santé publique volontariste participerait à une amélioration rapide de l’état de santé de la population et donc de la condition humaine.

© Handicap Infos - source : communiqué de presse


 Haut de page



 
 


 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème